lsphere-blog-belgique-paradis-fiscal

La Belgique, un paradis fiscal immobilier pour nos voisins français ?

Si nos chers expatriés français n’hésitent pas à investir dans nos contrées, c’est tout simplement que la fiscalité immobilière en Belgique est plus favorable. D’autant plus, qu’elle a connu très peu de changements au cours de ces deux dernières années.

Acquisition d’un bien immobilier = frais d’enregistrement

En Belgique, acquérir un appartement ou une maison nécessite de payer des droits d’enregistrement lors de l’achat. Les taux varient en fonction de la géolocalisation. Ils s’élèveront à :

  • 12,5% pour Bruxelles et la Wallonie (et même 15% en Wallonie si vous en êtes à la troisième habitation)
  • 10% pour la Région flamande

Cela n’inclut évidemment pas les frais de notaire. Comptez donc en plus environ 2,5% dans votre enveloppe.

Aujourd’hui, la bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs d’une résidence principale dont la valeur n’excède pas 500.000 euros dans la Région bruxelloise, c’est qu’ils bénéficieront d’un abattement de 175.000 euros sur les droits d’enregistrement.

Quand la détention d’un bien est faiblement taxée

Autre avantage pour nos voisins en achetant un bien immobilier en Belgique, c’est qu’ici nous nous basons sur un revenu cadastral dont la base n’a plus été revue depuis les années 70 ! Il n’a pour ainsi dire plus rien à voir avec la valeur locative du bien. En France, la possession d’un bien est fortement plus taxée, les revenus des biens immobiliers rentrant dans le calcul de l’impôt sur le revenu, en plus de la taxe foncière et de la taxe d’habitation. À cela, il ne faut pas oublier l’incontournable Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ! Autant dire que la Belgique reste encore un petit paradis fiscal immobilier pour les Français.

Plus-values, Belgique 1 – France 0

C’est décidé, vous vendez ! S’il y a bien un argument supplémentaire qui pèse sur la balance, c’est l’absence d’imposition sur les plus-values au bout de cinq ans de détention lors de la vente d’un bien immobilier en Belgique. Oui, parce qu’en France, il faudra 30 ans pour vendre sans être imposé sur la plus-value.

Retour